Henri Sarthou

Henri Sarthou
(2)
1905-1951


         


Photo : revue Alpinisme n°99 1952



En savoir plus:

Henri Sarthou par Robert Ollivier

 
Membre de C.A.F., du G.H.M., et du G.P.H.M. Henri Sarthou était ingénieur des Eaux et Forêts, titre ayant été modifié lors d'une réforme de l'administration. Il regrettait celui d'inspecteur des Eaux et Forêts.Henri Sarthou et Marcel Cames ont été les premiers grimpeurs à fouler le sommet de la Grande Aiguille d'Ansabère après Armand Calame. Cordée victorieuse qui ouvrira une voie à Ansabère en équipant le surplomb de barres de fer et une autre en libre, la voie qui portera leurs noms : la voie Cames-Sarthou. Ces deux voies sont ouvertes en 1927 : Henri Sarthou fera également partie des hommes qui tenteront d'escalader dans les années 30 la face Est de l'aiguille d'Ansabère : son compagnon de cordée pour ces tentatives fut François Cazalet.Il décedera en montagne dans les Alpes face à la muraille Sud-Est des Ecrins."Mais, comme disait Brulle, à défaut d'exploits qui confèrent la renommée, la carrière alpine de Sarthou représente pas mal de bon sport et des performances qui ne tomberont jamais à la portée de la foule : Balaïtous et Ossau dans la journée (en partant du val de Broussette ! ndlr), Mont Perdu et Vignemale dans la journée (depuis Gavarnie), le Pic d'Ossau gravi tous les mois de l'année, et toujours seul, 6 pics de 4000 en quatre jours, à ski, en Oberland, telles sont les entreprises caractéristiques de Sarthou. Au hasard de mes souvenirs, je citerais la première ascension du couloir d'avalanche du Col de la Brenva avec Frendo et Roch, une tentative dramatique à la face nord des Drus, avec Mailly, pendant laquelle l'adversaire fut la tempête beaucoup plus que la paroi ; la première traversée hivernale, le 12 février 1939, de l'arête de Costérillou, en compagnie de Cazalet et de Mailly ; la face nord de la Pique-Longue du Vignemale, seul, en moins de 3h30 ; de nombreuses classiques (qui l'étaient moins à l'époque), comme la traversée des Aiguilles du Diable, la traversée Aiguille Verte-Aiguille du jardin. J'en oublie beaucoup, mais peu importe…" Robert Ollivier dans Alpinisme n°99 (Lire ici)
 

Retour Pyrénéistes - Accueil - Contact

* Si, bien-sûr, quelqu'un avait des renseignements, des précisions que nous n'avons pas, merci de nous contacter, c'est avec un très grand plaisir que nous recueillerions ces informations précieuses, ou des photos toutes aussi précieuses.