Henri Lamathe

Henri Lamathe

1904 - 1990


 
 


Rappel Grande Aiguille d4Ansabère
Cordée Lamathe - Le Breton - Senmartin
1932
© Fonds Lamathe


Henri Lamathe au Capéran de Sesques
17 août 1931
© Fonds Lamathe


Henri Lamathe, lors de la 3ème ascension du couloir de Gaube.
© JMOllivier

 

Les 30 et 31 août 1931, Henri Lamathe, Henry Le Breton, Jean Senmartin et Henry Hannes tentent l'ascension de la Grande Aiguille d'Ansabère. Une mauvaise météo les fera renoncer. Ils redescendent vers Lescun "déprimés" de n'avoir rien fait (1). Henri Lamathe écrira : "Se vaincre est bien plus difficile que de vaincre !"(1)
L'année suivante, le 21 août 1932, il réussit l'ascension de l'Aiguille Sud (Petite Aiguille) avec ses compagnons lourdais Jean Senmartin et Henry Lebreton. Le lendemain, le 22 août, ils réussissent enfin la Grande Aiguille d'Ansabère par la Voie du Surplomb.

Henri Lamathe est né à Lourdes le 11 août 1904. Il suit de brillantes études au collège Jeanne d’Arc à Tarbes, dont son oncle est supérieur. Sportif complet, il est le capitaine de l’équipe de football et de celle de rugby. Il sera quelques années plus tard parmi les meilleurs demi-d’ouverture de sa génération et participe aux succès de l’équipe lourdaise de rugby.

C’est à partir de 1931 que naît sa vocation montagnarde, une des grandes passions de toute sa vie. Il devint aussitôt l’un des meilleurs grimpeurs de son époque et l’un des pionniers du pyrénéisme moderne. Avec Henry Le Breton et Jean Senmartin, ils forment une cordée entreprenante : Pic Rouge de Pailha par l’arête d’Allanz - Crête du Diable (1ère) - Caperan de Sesques - Aiguilles d’Ansabère - Etc... Ils sont les vainqueurs de la Nord-Occidentale du Balaïtous et du Grand Gendarme N-O appelé désormais Aiguille Lamathe. Il est l’un des quatre fondateurs du Groupe Pyrénéen de Haute Montagne (G.P.H.M, voir aussi comment fut fondé le GPHM) et son premier secrétaire général. Le 15 juillet 1933, les membres fondateurs, Henri Lamathe, Jean Senmartin, Robert Ollivier et François Cazalet réussissent la 3ème intégrale du Couloir de Gaube. Henri Lamathe franchit en leader le surplomb de glace recouvrant le fameux bloc coincé. Ensemble ils réalisent également la face nord du Mont-Perdu, avec montée par le grand mur de séracs de base.
Toute sa vie sera orientée vers la montagne, ses ascensions de toute nature, son histoire, sa littérature. Entraîneur d’hommes, il participe à la fondation de la section de Lourdes du Club Alpin Français et en reste longtemps le président dynamique. C’est en montagne d’ailleurs qu’il rencontrera son épouse, également une amoureuse des courses pyrénéistes et dont il aura trois enfants.
Professionnellement, il dirige un important cabinet d’assurances, dont il est le directeur particulier. Il participe à la vie locale et assume quatre mandats successifs de conseiller municipal.

Toujours en quête de voies nouvelles ou difficiles, il restera celui qui aimait passionnément le massif à la fois harmonieux et complexe du Balaïtous. En 1969, il confiait dans la revue "Altitude" (Numéro 45) avoir eu la joie en août de cette année 1969 de monter pour la 37e fois au sommet du Balaïtous "toujours avec le même plaisir des yeux et le même bonheur au coeur".

Il est décédé le 11 mars 1990 ayant vécu sa passion d’aventures jusque dans les dernières années de sa vie.


Henri Lamathe en 1932
avant l'ascension de la Grande Aiguille d'Ansabère par la voie du Surplomb
© Fonds Lamathe

En savoir plus : L'Aiguille Lamathe

(1) Extrait d'un carnet de courses de Henri Lamathe.


Retour Pyrénéistes - Accueil - Contact

* Si, bien-sûr, quelqu'un avait des renseignements, des précisions que nous n'avons pas, merci de nous contacter, c'est avec un très grand plaisir que nous recueillerions ces informations précieuses, ou des photos toutes aussi précieuses.