Le 8ème degré à Ansabère

Le 8ème degré à Ansabère

 



Josune Bereziartu dans Superweissmüller


Iker Pou dans le 8a+ de Superweissmüller

En plein boom de l’avènement de l’escalade libre en france, le début des années 80 est déterminant. L’apparition du 7a quelques années plus tôt a laissé place au 7b, au 7b/c. Les grimpeurs, dans leur progression, mettrons du temps avant d’oser parler de 8ème degré. Le premier d’entre eux, Patrick Bérahault, résoud un problème sur lequel il travaille depuis quelques mois à la Loubière, près de Monaco : c’est une voie très courte (8 mètres), qu’il baptisera « La Haine » et cotera 7b/c. L’avenir rectifiera cette voie à 7c/8a…

La première fois que l’on parlera de 8ème degré en France, c’est avec la réussite de Chimpanzodrome par Jean-Pierre Bouvier : il propose 7c/8a car il considère le 8a comme encore prématuré.

1981, Patrick Edlinger libère le toit du Baou, près de Toulon. Il estime la cotation à 8a/b. Peu après, le bout du toit casse, le passage est différent, il est donc impossible d’aprécier la performance. La cotation vaut aujourd’hui 7c/8a.

La même année, Jean-Pierre Bouvier ouvre « You are what you is » au Parc, près du Saussois ; cotation annoncée : 8a ! Le premier ? Eh bien non… La voie sera rabaissée à 7c/8a après plusieurs répétitions. Cette époque marque le départ de l’inflation injustifiée des cotations et fera trainer l’arrivée du premier vrai 8a.

C’est finalement l’année 1983 qui verra l’avènement du 8ème degré. En 3 mois, cinq grimpeurs réussissent une voie de ce niveau : Jean-Pierre Bouvier, Jean-Baptiste Tribout, Patrick Edlinger, Marc Le Ménestrel, Fabrice Guillot.


A Ansabère, le 8ème degré est introduit par Josune Bereziartu : en 2007 elle libère la voie de Mikel Zabalza sur la Face Sud du Petit Pic d’Ansabère : Super weissmüller (un toit restait à franchir en libre). Elle réussit après deux jour de travail avec son compagnon Rikar Otegui, la longueur clé sera côtée 8a+.

Deux mois plus tard, ce sont les frères Pou, Iker et Eneko, qui réussissent cette voie en libre, mais en un seul jour ! Ils confirment le 8a+. Comme pour le 7ème degré, le 8ème a vu son apparition par la libération d’une voie.
La première voie ouverte dans le 8ème degré sera le fruit du travail de Ekaitz Maiz avec Asier Lukek sur la Petite Aiguille : Borrokan Aske. Une longueur en 8a en plein milieu de la voie.

Deux ans plus tard, le même duo ouvre « Amalur » sur l’antécime de la Petite Aiguille avec une longueur en 8a.

Le tour du 8ème degré est fait à Ansabère, pour l’instant...

 

Ekaitz Maiz dans Borrokan Ask - Photo Javi Valero
 

Histoire - Accueil - Contact

* Si, bien-sûr, quelqu'un avait des renseignements, des précisions que nous n'avons pas, merci de nous contacter, c'est avec un très grand plaisir que nous recueillerions ces informations précieuses, ou des photos toutes aussi précieuses.