1985 - Hourticq, Marion, Superville

27 et 28 Août 1985

Défi, enchaînement
Spigolo - Gouffre de La Pierre-Saint-Martin

J. Hourticq, J. Marion, P. Superville


"Cîmes et profondeurs.

L'enchaînement du spigolo de la petite Aiguille d'Ansabère, avec la descente et la traversée du gouffre de La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées Atlantiques) en moins de 20 heures, tel est le défi que réalisent les 27 et 28 août 1985, Jean Hourticq, Jacques Marion et Pierre Superville.

Cette performance sportive, alliant les qualités d'alpiniste et de spéléologue, est une première française dans ce style."(1)

(1) Extrait du récit de Jean Hourticq.

   
   

Ci-contre à gauche, lever du jour sur Ansabère. Eric Bergez prend quelques photos lors de la montée vers le petit Pic, d'où il assistera avec les autres amis venus pour donner un coup de main (pour porter du matériel) à l'ascension du spigolo par Jean, Jacque et Pierre. Dans la photo du bas nous voyons bien la petite aiguille et son antécime, la pointe Barrio en contre-bas.

Ils sont déjà bien engagés dans la photo de droite, dans le Spigolo, Jean en tête de cordée suivi de près par Jacques et Pierre.

 

Plusieurs personnes sont mobilisées pour l'occasion, et beaucoup de matériel. La nuit est passée au pied des aiguilles. Un abris précaire est constitué de pierres entassées. "Le grand confort" dira Jean. La météo a prévu grand beau pour le lendemain. Une équipe de FR3 Aquitaine, Bernard Bonnain et Jean-Pierre Darot, se joint à eux, avec un imposant matériel.

Les trois hommes arrivent au sommet du Spigolo à 15h45. Jacques Marion, spéléologue mais pas du tout alpiniste, a tout remonté aux auto-bloquants, faisant un pendule pour effectuer la traversée à droite :

 
La technique utilisée : le spéléo (en jaune) tenu par Jean plus haut à gauche va se laisse glisser le long d'une cordelette tenue par Pierre (en blanc)
C'est parti ! Pierre laisse doucement glisser Jacques... Jean contrôle le pendule d'en haut (on ne le voit pas ici).

Passez le curseur sur la photo pour voir la corde ...
     
Jacques le spéléo n'est pas fier, le rôle de Pierre est primordial afin que le pendule s'effectue en douceur.

Passez le curseur sur la photo pour voir la corde ...
     
Jacques remonte à l'aide de ses auto-bloquants le long de la corde, arrimée au relais "béton" de Jean.
Passez le curseur sur la photo pour voir la corde ...
     
De la sueur, de l'émotion, et quel confort cette vire ! Mais ça n'est pas fini. Pierre doit maintenant les rejoindre.
     
Voilà Pierre qui les rejoint, depuis la droite. Il déséquipe la voie équipée par Jean tout à l'heure. Et ce sera bientôt reparti pour une nouvelle longueur...

Photos Eric Bergez.
     
 


Dans la salle de la Verna
Photo Jacques Marion


FR3 en action
Photo Jacques Marion

 

Jean Hourticq, Jacques Marion et Pierre Superville réussirons cet exploit d'enchaîner avec la traversée des arres d'Anie suivie de la descente puis de la traversée du gouffre de La Pierre-Saint-Martin, soutenus par leurs amis qui leur font suivre le matériel et quelques spéléos qui les accompagnent dans le gouffre.

Peut avant la sortie du tunel EDF qui permet de quitter le gouffre, ils apprendront la mort d'un tchèque dans une autre partie du gouffre. Il est 3h50 le 28 août lorsqu'ils arrivent dehors. Mais c'est alors sans conviction qu'ils retournent dans la salle de la Verna (salle immense et célèbre du gouffre) pour les besoins du film de FR3.

Sous les projecteurs, "la Verna se dévoile, immense et assourdissante, mais l'ombre de la mort qui a frappé est présente et presque insoutenable."(1)
La presse du lendemain titrera "exploit et drame à La Pierre-Saint-Martin..."


(1) Extrait du récit de Jean Hourticq.

Jean Hourticq à écrit un récit à l'époque.

Eric Bergez nous a permis de copier la série de diapositive qu'il a prise ce jour-là depuis le sommer du Petit Pic d'Ansabère, d'où l'on a une vue incomparable sur le Spigolo.
Vous pouvez voir ces images ici (24 photos). Il est singulier de noter que Jean ne connaissait pas l'existence de ces images. Aussi, quelle ne fut pas sa surprise lorsque nous les lui avons données, lors de notre première rencontre, soit presque 22 ans après son exploit !

Jacques Marion, le spéléologue, a également photographié cette aventure, de l'intérieur. Vous pouvez voir ces images ici (47 photos).

FR3 a tourné un reportage, que vous pouvez voir ici.

Vous pouvez consulter les articles de journaux ici (pdf 3.47 Mo).


Haut de la page - Retour Accueil - Contact

* Si, bien-sûr, quelqu'un avait des renseignements, des précisions que nous n'avons pas, merci de nous contacter, c'est avec un très grand plaisir que nous recueillerions ces informations précieuses, ou des photos toutes aussi précieuses.